En Afrique, des millions de gens vivent de leur cheptel. Mais les soins vétérinaires sont souvent insuffisants. Lorsque les éleveurs perdent leurs troupeaux, décimés par la maladie, la sécheresse ou les conflits, ils perdent tout : leur fierté, leur culture, leur épargne et leur garde-manger. En soignant le bétail et en améliorant la production, Vétérinaires Sans Frontières lutte contre la faim et la pauvreté.

Soutenez-nous

Record battu pour J'achète une chèvre !

Les résultats de la deuxième édition de la campagne « J’achète une chèvre » sont connus ! Entre février 2016 et janvier 2017, vous avez acheté 1097 chèvres, soit l’équivalent de 54 841 euros récoltés. Un beau résultat qui témoigne d’une grande mobilisation, notamment dans la profession vétérinaire. Bravo et merci à tous !

Cette année, la mobilisation a été encore plus importante parmi la profession vétérinaire : 378 vétérinaires ont participé à l’action aux quatre coins de la Belgique. Vous pouvez les retrouver sur la carte interactive de notre site de campagne www.jacheteunechevre.be. À Expovet, Vétérinexpo, lors de marchés, de foires ou dans leur salle d’attente, ils ont fait la promotion de la campagne. Au total, pas moins de 512 personnes ont participé. Ensemble, elles ont acheté 1097 chèvres, pour une valeur de 54 841 euros, et/ou sont devenues membres de Vétérinaires Sans Frontières. 95 personnes ont rejoint nos membres, avec une contribution totale de 3625 euros de cotisations.

Une nouvelle vie grâce à quelques chèvres

La vie de nombreuses familles africaines a déjà changé grâce aux chèvres et aux formations qu’elles ont reçues. Parmi elles, celle de Pascal Bapfekurera, éleveur à Gashikanwa au Burundi.

Burundi BAPFEKURERA Pascal

« Après avoir reçu mes quatre chèvres, j’ai appris à les élever, à réagir quand elles sont malades mais aussi comment elles se reproduisent. Des animateurs sont passés dans ma famille pour nous aider à mettre en place un jardin de cuisine et nous donner des conseils sur l’hygiène, l’alimentation et la nutrition. Très vite, mes chèvres ont fait des petits. Grâce au fumier produit avec leurs excréments, ma production de haricots est passée de 25 à 120 kg et je me suis lancé dans la culture de pommes de terres. Tout cela nous a permis de recommencer à manger des légumes régulièrement, mais nous ne mangeons pas tout. Nous vendons ce qui reste, ce qui nous permet d’avoir des revenus fixes. Aujourd’hui, nous sommes à nouveau en bonne santé, mais si nous tombons malade, nous pouvons nous soigner car j’ai pu renouveler ma carte de mutuelle. »

Grâce à l’argent récolté, des centaines de familles africaines pourront elles aussi se lancer dans l’élevage de chèvres cette année et construire un avenir plus solide pour leurs enfants.

Cap sur le Karamoja pour Elisa et Inge

Comme l’année dernière, la campagne offrait la possibilité aux vétérinaires participants de gagner un voyage à la découverte des projets de Vétérinaires Sans Frontières en Ouganda. Faites connaissances avec les heureuses gagnantes, Elisa Scohy et Inge Jansen en lisant leur interview !

Bien que la période principale de la campagne soit terminée, vous pouvez toujours manifester votre soutien en achetant une chèvre ! Dès l’automne 2017, nous serons de retour pour la prochaine édition.